Alimentation,  Lifestyle,  Végétarisme

Pourquoi suis-je devenue végétarienne ? 🐷

Hello à tous 😊

Se lancer dans un premier article sur le végétarisme et sur l’éthique animal est un pari risqué.

Néanmoins, je tiens à parler de ce sujet dans les tous premiers de ce blog car il me tient énormément à cœur.

Il est difficile de parler du végétarisme encore aujourd’hui car cela est encore très tabou dans notre société actuelle.

Difficile d’en parler et de trouver les bons mots sans offusquer les mentalités de ceux qui ne partageraient pas mon opinion.

C’est pourquoi je vous demanderai de faire preuve de tolérance et de respecter les choix de chacun. Deux valeurs que je voudrais transmettre par l’intermédiaire de ce blog.

Parler de ce sujet là en premier est justement un parfait challenge à relever pour moi.
Par cet article j’ai envie d’éveiller votre curiosité, de vous renseigner sur ce sujet ou peut être même de comprendre les choix et motivation des végétariens. 😃


Au commencement 

De toute ma vie, je n’ai jamais connu un seul végétarien. J’ai été pendant 26 ans une omnivore, vivant dans une famille d’omnivore. Fan de poisson, de poulet et de porc au caramel.

Je me suis toujours considérée pourtant, comme une amoureuse des animaux.

J’ai toujours été la première à critiquer les asiatiques qui mangeaient des chiens et des chats, animaux avec qui j’avais grandi toute ma vie.

J’ai recueilli un grand nombre d’animaux sur ma route avec énormément de bienveillance. J’ai énormément pris de mon temps pour les replacer dans une famille aimante et leur donner une nouvelle vie.

Quand j’étais chez des personnes qui avaient des animaux, j’étais toujours celle qui voulait jouer avec le chien ou qui voulait absolument caresser le chat.

Pour moi, j’aimais les animaux. D’un amour profond et sincère.

→ Et pourtant chaque jour, je mangeais un animal mort. Sans aucune conscience. Sans même me poser une seule question. Tout simplement car à mes yeux, c’était la normalité.


La révélation 

Cela faisait quelques temps que se rythmait dans mes visualisations de vidéos, des sujets un peu plus sérieux que ceux que j’avais l’habitude de regarder.

Je me suis toujours plus ou moins intéressée à l’alimentation. Du moins aux bases de l’alimentation dite « équilibrée » voir ce que l’on appelle aujourd’hui « healthy ».

Je suis finalement tomber sur plusieurs vidéos prônant l’alimentation végétarienne comme la meilleure.

Meilleure pour le corps mais également pour l’esprit. Mais il fallait que l’on m’explique…

En quoi ne plus manger de viande ni de poisson pouvait impacter l’esprit ?

Pour le corps j’en avais conscience oui, avec tout ce que l’on entend sur la viande rouge et les maladies cardiovasculaires, et encore, il était question là d’une trop grande consommation de viande.

Mais quel rapport avec l’esprit ?

La viande et le poisson étaient justement pour moi, les piliers d’une alimentation saine. Une ration de protéines indispensables et nécessaire au bon fonctionnement du corps humain.

Donc je ne comprenais pas ces gens qui se revendiquaient comme des non-mangeurs de chair animal.

Je ne comprenais ni leur but ni leur motivation.

Comment une infime population de végétariens pensaient pouvoir changer le monde et le sort de millions d’animaux juste en cessant de les consommer?

Au fur et à mesure, je tombais sur de plus en plus de vidéos de massacres, de quelques secondes sur Instagram et sur Facebook. Quelques secondes en effet, car mon cerveau et mon cœur n’acceptaient juste pas d’en voir d’avantage.

Même si je savais ce qu’il se passait (ou du moins, je pensais le savoir), inconsciemment, je commençais à questionner de plus en plus mon assiette.

De jour en jour, je me posais de plus en plus de questions..

A me demander si ces 5 minutes de plaisir que je ressentais en mangeant ce hamburger justifiait tant de souffrance animale.

A chaque bouchée de viande ou de poisson, j’avais cette petite voix qui commençait, au fond de moi à me dire que tous les arguments entendus durant toute ma vie sur leur consommation n’étaient peut être plus d’actualité. Qu’il fallait me renseigner d’avantage et approfondir mes recherches.


Le choc

C’était le dimanche 22 Juillet 2018, par une belle soirée d’été. Comme à ma récente habitude, je fouillais sur mon portable depuis des semaines en cherchant des sujets sur le végétarisme.

Regardant des vidéos YouTube de gens qui expliquent leurs motivations et leurs raisons à adopter ce mode de vie.

« Earthlings » semble être le documentaire qui semble avoir donné un déclic au plus grand nombre de personnes.

J’entendais aussi parler de « Cowspiraty » et d’un fameux discours d’un militant pour la cause animale du nom de Gary Yourofsky.

Le problème étant toujours le même, je me disais que je savais ce qu’il se passait dans les abattoirs et que de voir des images choquantes ne m’apporterait rien de plus que des larmes et du dégoût.

Pourquoi s’infliger ça ?

Au fond de moi je n’avais tout simplement pas le courage de me mettre face à cette réalité.

J’ai donc parlé à mon conjoint de Gary en espérant qu’il m’aiderait à reculer, qu’il pourrait me convaincre de ne pas regarder ce fameux discours.

Car je savais au plus profond de moi que j’étais à la limite.

J’étais dans une immense contradiction qui me disait de ne surtout voir ce documentaire bien qu’il n’était pas certifié de hardcore comparé à Earthlings.

Mais je le savais que la moindre image pouvait réussir à me faire changer d’avis sur le mode de vie que j’adoptais depuis mon enfance.

C’était risqué. Beaucoup trop risqué.

Et à côté de ça, je connais mon conjoint tellement par cœur que je savais que sa curiosité ne l’aurai pas fait reculer. Surtout si il s’agit d’améliorer son mode de vie ou de se renseigner sur des sujets qu’il ne maîtrise pas.

Puis nous nous sommes lancé. A regarder ces 1H du célèbre discours de Gary.

Sur les 1H, même pas une dizaine de minutes sur des images provenant d’abattoirs et de ferme laitière.

Des minutes d’une réalité dont je n’avais tellement pas conscience. Des images de sanglots ou je me cachais les yeux car je n’acceptais pas que l’humain puisse être d’une aussi grande cruauté.

Comment ai-je pu passer à côté de ces éléments là ?

…Comment ai-je pu fermer les yeux à ce point ? 😔


Ne plus reculer 

Je ne me souviens pas que nous ayons énormément parlé de ce discours suite à son visionnage.

A part d’être choqué de ce que l’homme est capable d’infliger comme souffrance.

Je ne me souviens même plus de ce que nous avons mangé ce soir là.

La seule chose dont je me souviens c’est de cette boule au ventre, cette sensation d’avoir envie de vomir, d’être aller trop loin dans mes recherches et de ce dégoût de ne pas avoir pris conscience avant de tout ça.

Je ne me suis posé aucune question sur le végétarisme en allant me coucher ce soir là.

Ce dont je me souviens très bien en revanche, c’est d’avoir rêvé toute la nuit de massacre d’animaux et de sang, d’entendre leur cris et de revoir leurs yeux tellement expressifs de peur et de douleur.

Le lundi 23 juillet 2018, je me préparais à aller travailler, barbouillée et dégoûtée. Mon conjoint m’expliqua qu’il ressentait la même sensation. Il se sentait mal et ne pouvait s’empêcher de repenser à ce qu’il avait vu.

A midi, la vue de la viande me dégoûta complètement. Impossible de mettre ne serait qu’un tout petit morceau dans ma bouche.


S’informer

C’est le 23 juillet que nous sommes devenus officiellement végétariens.

Ou du moins c’est à partir du 23 juillet que nous nous sommes tout deux senti incapable de manger de la chaire animale.

Notre choix de devenir végétarien s’est fait par la suite, après énormément de recherches et de documentations chacun de notre côté.

Nous avons voulu vérifier les arguments de Gary Yourofsky bien sûr, car il était impensable pour nous de faire notre choix basésur l’avis d’un seul homme. Il fallait se créer son propre avis.

Et cela passait par de nombreuses recherches sur les conditions d’abattoirs, les façons « correctes » de tuer l’animal selon eux (conditions sont tout simplement impossibles à respecter dans l’industrie de masse) l’alimentation, les carences.

Chaque jour nous en apprenions d’avantage ce qui fut un réel enrichissement que d’acquérir autant de connaissances.

Nous avons appris une autre façon de cuisiner, de se nourrir et notre rapport aux animaux, à la nature et au reste du monde a littéralement changé. ❣


Le végétarisme et les autres

La seule crainte que j’avais en devenant végétarienne n’était pas tant celle de changer mon alimentation.

Mais surtout celle d’être de-sociabiliser.

A mes yeux, les gens ne feraient pas l’effort de me comprendre. Encore moins de cuisiner en fonction de mes valeurs, de mon éthique.

J’ai eu une bonne journée de doute concernant mon choix à cause de ça. Et puis je me suis repris… Car de toute façon, la simple vision de la viande me dégoûtait.

Que je ne pouvais faire autrement. Mon choix était fait.

Je ne prônais plus les mêmes valeurs. Et faire ma vie en fonction des autres ou de que l’on pouvait penser de moi me semblait impossible.

Et puis au même titre que j’étais tolérante et respectueuse envers leurs choix alimentaire, j’ai tout simplement décidé de ne plus accepter une personne qui n’aurait pas le même respect pour ma personne ou mes propres choix.

J’ai donc banni mes inquiétudes et annoncer mon végétarisme. Sans aucun doute. En assumant ma différence comme jamais.


Une nouvelle vie

J’ai fini par comprendre ce fameux lien, que je voyais partout sur le net.

Ce lien entre le végétarisme et les bienfaits sur l’esprit.

Il a fallu pour cela, que j’expérimente moi même ce mode de vie.

En plus de la tolérance, j’ai appris la compassion.

Et en effet, je continuerai certainement à me prendre des remarques, des critiques et des jugements sur mon choix. Mais cela n’a aucune importance à mes yeux.

Ce qui l’est c’est d’être en accord parfait et total avec soi-même et ses vraies valeurs.

Et c’est une leçon que j’ai appris en refusant de manger un être vivant.

Je ne changerai pas le monde. Et je ne serai jamais en mesure de faire couler l’industrie de la viande ou de fermer les abattoirs.

Malgré tout, j’ai décidé de ne plus participer à tout ça.


La réalité

3 millions d’animaux sont tués chaque jour en France et uniquement pour les plaisirs gustatifs et les loisirs de l’homme.

3 millions d’animaux qui ressentent la peur et la tristesse. Qui mériteraient de vivre au même titre que le chien ou le chat qui est tranquillement allongé sur votre canapé.

Vous n’entendrez jamais de moi de gros débat sur le végétarisme à moins que l’on ne m’attaque personnellement.

Je ne juge pas les mangeurs de viande. Je l’ai moi même été jusqu’à présent.

Malheureusement sans comprendre de ce qu’il se passait réellement.

Ce que j’essaye de faire c’est d’inviter à la recherche, à la vérité et la prise de conscience. Même si l’on est persuadé de savoir, en ayant vu quelques images et vidéos à la volée sur le net, il faut accepter qu’en réalité, nous ne savons rien.

Accepter que nous ne sommes que les pions d’une société de consommation qui nous fait croire qu’avant d’être dans notre assiette, cette petite vache était tranquillement entrain de manger son herbe dans une prairie verdoyante. FAUX.

Il ne faut pas hésiter à prendre le temps nécessaire de se renseigner et ne pas avoir peur d’éveiller son esprit.


Éveiller sa conscience

Le discours de Gary a été un supplice pour moi. Malgré ça, pour rien au monde je ne regrette d’être passé par ces minutes désagréables. Ces quelques minutes qui m’auront tellement ouvert les yeux.

Savoir ce qu’il se passe derrière ce que nous consommons est aujourd’hui un devoir.

Même si la vérité nous choque, même si elle est d‘une cruauté sans nom, il ne faut pas oublier pas que les uniques victimes ce sont eux et seulement eux. 😢

Je peux vous dire, si il faut vous rassurez, que non je n’ai aucun manque de ne plus manger de viande ou de poisson.

Et pourtant, j’aimais ça. J’aimais vraiment ça. Mais je ne m’en sens plus capable. Et je sais que cela ne changera pas.

Car aujourd’hui quand je vois un simple morceau de poulet passer devant mes yeux ou un beau gros steak que j’affectionnais tant, la seule chose que j’y vois, c’est de la souffrance.

Plus que jamais, devenir végétarienne est le plus beau choix que j’ai fais dans ma vie.

Et si j’avais un immense et unique regret à avoir dans ma vie ce serait simplement de ne l’être devenue avant. ❤


Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *