Bien-être,  Lifestyle

L’enfer des réseaux sociaux

Hello à tous.

Aujourd’hui je tenais à vous parlez d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur en ce moment. Je voulais discuter un petit peu des réseaux sociaux et de leur importance dans la société actuelle. Attention je ne cherche à juger personne avec cet article car chacun est libre de faire ce qu’il veut avec les réseaux ou plus exactement de montrer ce qu’il veut. Je vais tout simplement blablater et donner mon point de vue sur ce sujet qui, il faut le dire, à pris des ampleurs énormes dans le quotidien de toute notre génération.

*Les photos de mon article ont toutes été prises sur le net.


Entre utopie & réalité

L’utopie

Facebook, Instagram, Snapchat…Pour ne citer que ceux dont on parle le plus. Ceux qui ont le plus de succès. Leur principe premier est sympas. Comme pour tous les réseaux à la base, celui de nous rapprocher. De partager. D’échanger au quotidien avec notre cercle amical et familiale. Si les réseaux étaient réellement tournés et utilisés en ce sens, je pense qu’il n’y aurai pas vraiment de soucis à s’en servir souvent.

On partagerai ce que l’on a envie de partager uniquement avec ses proches, ces personnes de confiance qui font parti de notre vie. Nous nous enverrons des story marrantes uniquement entre amis sur snap, sans avoir besoin de dire ou nous sommes à la terre entière en se localisant sur une carte. On publierai de jolis moments sur insta. Et le reste des gens que nous ne côtoyons pas, n’auraient pas accès à toutes ces petites parties de nous que nous souhaitons mettre en ligne. Ça c’est, à mon sens, l’utopie des réseaux qui est en contradiction complète avec la réalité.


La réalité

Soyons tous très francs

Aujourd’hui qui aurait uniquement ses amis proches ou les membres de sa famille sur Facebook ? Insta? Snap? Personne. Sinon notre nombre d’amis ne serait pas vers les 100 ou 500 personnes. Nous avons dans cette fameuse liste, des amis, membres de notre famille, mais également… des connaissances, des gens dont on se fou au complet, des « anciens » amis avec qui nous nous sommes perdu de vue voir des gens que l’on aime pas vraiment ou certains que l’on ose peut être pas « virés ».

En résumé, ce qui devait, à la base, être notre cercle privé se retrouve être une liste de toutes les personnes que l’on a connu dans sa vie. Pour conclure, on partage, certains points de sa vie, de nos voyages, de notre quotidien, avec des gens dont on se fou et qui sans doute, s’en foute eux même royalement de nous. Et c’est la, qu’à mon sens, intervient le côté négatif des réseaux. Mais ce qui est le plus fou je trouve, c’est que l’on est tellement rentrer dans une « norme » en racontant notre vie que c’est l’inverse qui peut paraître vite louche et suspect.


Entre vie réelle et vie virtuelle

Avec toutes les catastrophes que nous entendons de nos jours, et vu le monde de fou dans lequel nous vivons, être simplement heureux semble devenir un objectif quotidien à atteindre. Et les réseaux sont donc devenus, plutôt qu’un lieu d’échange et de partage, une sorte de fausse galerie de moment de notre vie « parfaite » que l’on voudrait afficher aux yeux des autres. Et c’est la qu’est le piège principal.

Vu que l’on a pas que nos proches dans notre feed, on se compare sans cesse les uns aux autres. On voit que telle ou telle personne semble partir en voyage très souvent.. Celle ci s’éclate tous les samedis soirs avec ses amis… Celle là à constamment des habits magnifiques sur ses selfies… Celle là encore, semble filer le parfait amour avec son copain depuis des années.

Et là, consciemment ou non, on se compare. On commence à suivre des gens, à les « follow » pour qu’ils nous inspire. Notre feed d’actualité devient un étalage de la vie de ces personnes semblant parfaites avec leurs vies tellement parfaites. Et nous, nous sommes là, à voir ça derrière notre écran… Avec nos doutes, nos coups de mou, à être spectateur de leur vies génialissime, et à rêver nous mêmes de perfection au quotidien.

Et donc qu’est ce que l’on fait? On partage nous aussi des moments parfaits. Ou qui du moins, auront l’air parfaits. On fait de belles photos en y mettant de belles phrases. On se crée une petite vie virtuelle tellement intéressante qu’elle nous rendra nous mêmes très intéressants aux yeux des autres – du moins c’est ce que l’on espère-. Et même si l’on sait, que les réseaux ne sont pas la vraie vie, on ne peut s’empêcher de se laisser avoir et de vouloir rentrer dans le game.

Alors on poste… En story snapchat svp pour que tout le monde puisse voir que je sors le samedi avec mes amis (Et que l’on prend des selfies les 3/4 de la soirée). Que j’ai une maison sublime (Youpi regardez ma belle déco). Que j’ai un copain génial (Déclaration d’amour en direct live). Regardez je mange des plats énormes sans ne jamais grossir (Enfait j’ai mangé que la moitié mais nous s’en saurez rien). Que ma vie est juste superbe (C’est pas vrai mais vous devez juste penser ça pour que je sois bien).

Et l’on se retrouve à se divertir en regardant la fausse vie des autres. Oui la « fausse » vie, car la vie réelle ce n’est pas que des moments de bonheur partagés en ligne. Et ceux qui en on marre de toute cette superficialité et qui ne s’expose pas vraiment ne sont tout simplement pas dans la norme. Ils ne semblent donc pas avoir de choses intéressantes ou trépidantes à raconter et donc pas de vie.


L’éloignement amical

Ce qui me fait le plus mal de l’enfer des réseaux ou du moins ce qui m’a longtemps fait mal : l’éloignement physique que cela peut créer. En effet, le fait de partager nos petits moments de vies avec la terre entière semble suffire à certains pour avoir de nos nouvelles.

Je trouve qu’à cause des réseaux, ou plutôt à cause de ce que les gens en font… Les « amis » ne cherchent plus vraiment à se donner de nouvelles. Encore moins de se voir, physiquement. On dirait que nos « amis » montre leur affection en likant nos photos, en mettant un petit commentaire. Tout se passe par Messenger, snap ou message. On veut savoir comment va quelqu’un, inutile de se déplacer, un message suffit amplement.

Mais pourtant, à mes yeux, la présence physique reste indispensable pour faire durer une amitié. Une amitié ne se créer pas par selfie, elle se crée par moments partagés ensemble. Avec de vraies discussions en réelles et non pas par messages. Avec des rires…des confidences…ce que vous voulez mais pitié pas avec des messages, pas avec des likes, pas avec des « vues » sur notre story.

Les gens ne prennent plus la peine de se voir le week-end. De partager de réels moments sans leur téléphone à là main avec une photo à vite mettre en story (Coucou regardez j’ai des potes). Et quand on arrive enfin à se voir, certains n’arrivent pas à lâcher le téléphone rien qu’une soirée..

C’est tout cela qui, à mes yeux, enlève énormément d’authenticité et de sincérité aux relations que nous pouvons avoir avec les autres. Sans compter toutes les embrouilles qui se créer a cause des réseaux. Ou du moins des mauvaises interprétations faites via les réseaux… « Elle a vu ma story snapchat et ne m’a pas envoyé de message », « Elle m’a dit qu’elle avait pas d’argent pour me voir et pourtant elle est au restaurant. »..sans aucune vraies discussions derrière.

Et je parle en connaissance de cause. Moi aussi, j’ai été vexée d’apprendre certaines choses via les réseaux plutôt que par message. Et j’ai vexé des personnes en affichant des choses sur les réseaux. Mais vu que tout le monde apprend tout de tout le monde via les réseaux, ceci devient une normalité. Et je pense que les relations étaient bien plus simples avant tout ça.


Trouver sa place

Je me suis souvent demandé comment trouver sa place dans tout ça …Dur de répondre à cette question car chacun voit les choses à sa manière. De mon point de vue, je vois désormais les réseaux sociaux comme ce qu’ils devraient être à la base: un échange, un partage avec le reste du monde. Comme tout le monde, j’y ai exposé mes sorties… Mes week-ends,…mes rigolades et même des moments plus personnels, plus intimes. Puis un jour je me suis un jour demandé pourquoi je faisais ça? Est ce que j’avais l’impression que tous ces moments là étaient plus vrais en étant exposés sur la toile ? Est ce qu’ils avaient plus d’authenticité? Plus d’importance? Les réponses à toutes ces questions sont venues d’elles mêmes.


Remise en question

Et puis, j’ai décidé de devenir bloggueuse. Par passion du partage & de l’écriture. Et là pas mal de personnes ont voulu en savoir plus sur moi… Sans doute pour savoir si je pouvais correspondre au profil d’une personne à suivre. Ma maison, mon couple, des parcelles de mon intimité. Forcément, j’ai eu une remise en question de ce que je voulais exposer et ce que je voulais garder pour moi.

J’ai décidé de reconsidérer mes moments de bonheur comme des moments qui n’ont pas besoin d’être montrés au reste du monde. Cela ne m’empêche pas de les immortaliser si je le souhaite, mais je n’ai plus cette « nécessité » de tout exposer. Pourtant, malgré ce que les gens doivent croire, je sors toujours autant le week-end. Je vois toujours mes amis. J’ai toujours ma petite vie, mais j’ai décidé de n’en partager que des mini morceaux. J’ai décidé de ne plus rentrer dans ce moule de vouloir prouver au reste du monde à quel point ma vie peut être intéressante.

Arrêter de chercher la perfection. Lâcher tout simplement prise avec tout ça. Je me suis désabonné d’un paquet de personne qui m’inspirais autrefois pour me rendre compte que tout n’était que superficialité. Et que cela me faisait me comparer et m’engendrait une pression inutile. Bien entendu, je m’abonne à des comptes joyeux et positifscar les réseaux sont un divertissement-. Mais en aucun cas a des gens qui veulent se prouver une vie parfaite. J’ai fait une séparation nette entre ce que je décide de montrer et ce que je décide de garder pour moi. Et les moments que je veux montrer se sont réduits à un nombre incroyablement faible.


Vie privé & vie publique

Je prends toujours autant de plaisir à publier mes photos de voyages. Des photos de paysages. Des photos qui, à mes yeux, sont belles esthétiquement. J’aime créer une galerie de quelques moments de bonheur que je choisis parmi tant d’autres. J’aime savoir, qu’il n’y a que mes proches qui connaissent mon intimité. Et j’aime me servir des réseaux pour partager mes opinions et mes idées. Sans forcément faire pénétrer les gens dans mon jardin secret. La nuance peut paraître infime mais pour moi, qui connaît chaque parcelle de ma vie, elle est réellement contrôlée.

Si je vous expose une bonne nouvelle sur les réseaux, c’est que mes proches, eux, sont au courant depuis très longtemps. Mes weekends avec mes amis restent généralement dans mon téléphone. Peut être qu’une photo ou deux apparaîtra un jour sur insta ou Facebook mais en aucun cas toutes mes sorties comme autrefois.

Je décide de ce que je veux dévoiler de moi – des instants de bonheur bien sur. Mais pas que. Mes idées aussi, comme celle que je veux transmettre avec cet article par exemple qui vous montre que je ne suis pas parfaite, que ma vie ne l’est pas non plus. Que moi aussi j’ai été déçue à cause de ce que j’ai pu voir sur les réseaux. Et moi aussi, j’y ai perdu des « amis » autrefois. Que je suis madame tout le monde. Tout simplement.


Un pas dans le game, l’autre dans la réalité.

Comment conclure un article comme ça? Tout simplement en faisant les choses selon notre âme & conscience.

Et même si on le sait déjà, comprendre une bonne fois pour toute que notre feed ne correspond pas à notre vie réelle. Des photos magnifiques, colorées, retouchées ne sont qu’une réalité éronnée de ce que nous faisons croire. Nos doutes, nos tristesses et nos frustrations n’apparaîtront pas sur Instagram. Car notre vie se doit d’être joyeuse et d’avoir l’air tellement simple. Donc non, Facebook, Instagram et Snapchat ne sont pas la vraie vie. Même si on décide d’y exposer de jolies choses, la vie « réelle » est la seule qui compte vraiment.

Il faut arrêter de se définir par un nombre de likes. Par un nombre de commentaires ou de followers. A moins que cela soit notre métier. Qu’est ce que la notoriété sur les réseaux nous apporte d’un point de vue personnel ? Absolument rien. Vous allez vous levez le lundi matin, aller au travail, retrouver votre vie & les gens que vous aimez le soir.

Alors pourquoi s’obstiner à obtenir cette approbation des autres sur des moments intimes de nos vies ?

Je ne jette la pierre à personne avec cet article car moi aussi, j’ai partagé tellement de choses à l’époque. Et puis j’ai décidé de me détacher de tout ça. De prendre les choses avec légèreté. Et c’est réellement comme ça, que devraient être utilisés les réseaux selon moi, avec un immense second degré. En contrôlant réellement ce que nous voulons afficher d’intime et de personnel. Et surtout en pensant aux conséquences que cela peut engendrer.

En tout cas, oui, vous verrez encore ma bouille sur les réseaux. J’y partagerai des petits bouts de ma vie, je m’en servirai encore pour vous tenter de vous envoyez des ondes positives mais aussi, clamer mes idées, mes coups de gueules et tout un tas d’autres choses qui peuvent me rendre tellement imparfaite.

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez des réseaux sociaux ? Et ce que vous choisissez d’y publier ou non.

Je vous dis à la semaine prochaine pour vous partagez une grande nouvelle dont vous êtes les seuls à ne pas être au courant. Une grande nouvelle qui va changer ma vie mais… qui n’est pas si intime que ça car il suffit de me croiser une fois dans la rue pour savoir de quoi il s’agit.. Vous devinez ??? En attendant je vous dis à la semaine prochaine & prenez soin de vous.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *