Lifestyle,  Parentalité

7 Conseils pour réussir son allaitement

Hello à tous. J’espère que vous allez bien. Que vous soyez une maman en plein dans l’allaitement ou une future maman qui voudrait en savoir plus. Un compagnon bienveillant à l’égard des choix de sa compagne ou tout simplement un petit curieux qui se pose des questions sur le sujet, cet article est pour vous.

Je vous donne ici toutes mes astuces qui m’ont réussi pour mon allaitement.

Car bien que j’ai été durant 8 mois une maman tire-allaitante (par choix), j’ai, au début de mon allaitement donner le sein à mon bébé. Et que ce soit pour l’allaitement ou pour un tire allaitement, les conseils seront identiques. Bien que si vous voulez tout de même compléter cet article en ayant plus d’infos sur le tire allaitement, je vous laisse me retrouver ici

Enjoy

*Les images de cet article ont été prises sur internet.


1 . Pas de stress

Quel que soit les choix qui vous ont poussé à allaiter, pour bien débuter un allaitement je vous conseille d’être la plus sereine possible. L’allaitement peut être stressant pour plusieurs raisons. Notamment sur une éventuelle absence de lait de notre part. Il y a aussi le fait de ne pas savoir combien de quantité le bébé boit ou de ne pas savoir si l’on va réussir à tenir sur le long terme. Pas de panique.

Notre mental joue un rôle immense dans notre allaitement et le stress est un facteur aggravant pour la diminution de lait. Ce qui m’a énormément aidé à tenir sur la durée est tout simplement le fait qu’à la base,je ne souhaitais pas allaiter. Donc je ne me suis jamais vraiment renseigner sur le sujet. J’ai donc tenté l’aventure en vivant vraiment mon allaitement au jour le jour. Chaque jour de gagné était un bonus pour ma fille et je ne me posais aucune question sur le long terme.

Ce sera donc mon conseil le plus important : vivez votre allaitement au jour le jour. Ne pensez pas à demain. Si vous ne tenez qu’une semaine ou un mois, ce n’est pas grave tant que la volonté était là. Essayez de voir cela plus comme un bonus pour votre enfant que comme une obligation. Comme pour tout, plus l’on est sereine et positive et plus les choses se passent généralement très bien.


2. Faire confiance à son bébé

Ce qui pour ma part a rendu mon allaitement impossible. Et m’a fait passer au tire allaitement. Mon bébé étant une grande prématurée souffrant d’un RGO très intense, ses pertes de poids ne m’ont pas permise d’être sereine en la mettant au sein. J’avais peur de perdre le contrôle sur les quantités qu’elle devait prendre. J’ai donc décidé de tirer mon lait et de gérer les biberons. Ma situation était particulière.

Pour un bébé né à terme et sans soucis de santé particulier, il n’y aura normalement aucun problème à ce niveau là. La règle est donc de faire confiance à son bébé. Ils savent se réguler. Un bébé allaité a accès au sein à la demande. C’est pourquoi si il n’a pas beaucoup bu une fois, il saura se rattraper une autre fois. L’avantage en plus de mettre son enfant au sein est que le lait est toujours à la bonne température et que l’enfant trouve du réconfort en étant contre sa maman.

Si vous voyez que la prise de poids de votre enfant n’est pas bonne et régulière, après avis du médecin, vous pourrez penser au tire allaitement mais seulement dans ce cas là. Si tout va bien avec le poids de votre enfant, ne vous stressez pas avec les quantités et faite lui juste confiance. Il saura ce dont il a besoin.


3. Le cododo

Le cododo (ou co-sleeping) est le fait de dormir avec bébé dans la même chambre. Je n’imagine pas à quel point il doit être difficile d’allaiter si le bébé est dans sa propre chambre. Le cododo est pour moi l’unique façon de sauver un minimum ses nuits en ayant le bébé à côté de soi dès qu’il voudra manger. Même si certaines femmes font ce choix, il doit être difficile de se lever à chaque fois que bébé à faim puis le reporter dans son lit, retourner se coucher et reproduire ce schéma plusieurs fois dans la nuit.

Avoir bébé près de soi rend l’allaitement plus simple mais réduit également le risque de mort subite du nourrisson.

Alors on dit oui au cododo quand on allaite, maman et bébé y trouveront leur compte.


4. L’ocytocine

Pendant nos séances d’allaitement avec bébé, l’ocytocine grimpe en flèche. Cette hormone appelé l’hormone de l’attachement, réduit le stress et l’anxiété. Elle est responsable de l’éjection de lait. On conseille souvent au mamans qui n’ont pas leurs bébés près d’elle de regarder des photos du bébé. Cela pourra monter cette hormone et favoriser la lactation lors des tirages au tire lait. Le fait d’avoir son bébé contre soi nous donne donc des pics d’ocytocine. On use donc, des petits câlins et des peaux à peaux qui favorisent les liens d’attachement, qui font du bien à notre allaitement mais aussi à notre petit bébé et à notre moral.


5. Le papa

Malgré que nous ayons fait le choix d’allaiter, il ne faut absolument pas oublier les papas. En allaitant, on devient la nourricière mais souvent aussi le doudou, le somnifère et le réconfort de son bébé. Il ne faut absolument pas oublier de laisser son rôle au papa. Beaucoup de mamans souhaitent à tout prix tisser un lien unique et fusionnel avec leur enfant. Beaucoup veulent que l’enfant soit uniquement attaché à elle. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes deux parents.

Il est donc, très important de savoir équilibrer les moments de chacun avec bébé pour que le papa puisse trouver sa place.


6. Prendre soin de soi

On se renseigne un minimum sur les aliments qui coupe la montée de lait (persil, menthe, sauge, soja…) Et on les évite. A côté de ça, on s’hydrate énormément tout au long de la journée. On favorise les aliments galactogènes (Carottes, Fenouil, Amandes, noix de cajou, lentilles cuites, Millet, Quinoa…).

On oubli pas que malgré le fait que l’on soit une maman dévouée, on est aussi une femme qui a besoin de moment à elle. Il faut aussi essayer au maximum de dormir, de se reposer, d’être zen. Et si l’on sent que l’on fatigue ou que l’on est à bout on délègue sans avoir honte de passer le relais.


7. On déculpabilise

Quoi qu’il arrive, vouloir allaiter est un choix très courageux. En France, nous sommes mal informés sur ce sujet qui devient parfois tabous.

Donc, pour avoir fait ce choix, de se lancer dans cette aventure, on se félicite et on est fières de soi. Qu’importe les difficultés et la durée de son allaitement, on ne culpabilise pas d’être épuisée, de ne pas toujours savoir s’y prendre…

Si vous avez le moindre doute, tournez vous vers une conseillère en lactation. Suivez toujours votre instinct. Et félicitez vous constamment de tenter de faire les meilleurs choix pour votre enfant.

Allaitante ou non, sein ou biberon, N’oubliez jamais que vous êtes la meilleure personne pour prendre soin de votre bébé.

J’espère que mon article vous aura donné quelques astuces 🙂

A bientôt.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *